Le port de l’Ouest à l’heure de la sécurité-sûreté

Economie , Sans catégorie Date: 26/02/2020 Commentaires: 0

La 2ème rencontre semestrielle CCOG/GPM-Guyane, dans le cadre de la convention de partenariat,  s’est tenue le 6 septembre à Saint-Laurent, sur les thèmes majeurs de la sécurité et sûreté au port de l’Ouest. Elle était conduite par Léon Bertrand, président de la Communauté des communes de l’Ouest Guyanais et Rémy-Louis Budoc, membre du directoire du Grand Port Maritime de la Guyane.

Objectif, le label Mase

Améliorer les conditions de travail des personnels en matière de sécurité, santé et environnement, c’est l’objectif 2017 du port de l’Ouest. La commission portuaire présidée par Jean Gontrand, a manifesté l’intérêt d’adhérer à l’association MASE et d’engager une démarche de validation du système de management de la sécurité sur la plateforme portuaire.

Le GPM-Guyane labellisé « Mase » le 14 juin dernier, soutient le port de l’Ouest. Il l’accompagnera avec l’appui de Dominique Thégat, membre du Copil Mase et Maureen Rose-Hélène, Chargée de projet Mase.

Mettre en place le Comité local de sûreté portuaire (CLSP)

Autre dossier lourd, la sûreté maritime et portuaire qui a pour but «de détecter les menaces d’actes illicites qui pèsent sur les ports et les installations portuaires (terminaux) dans leur rôle d’interface avec les navires engagés dans un transport international, et de prendre les mesures pour prévenir ces menaces et en limiter les impacts»1. Conformément au code des transports, l’installation du CLSP répond à une réglementation draconienne et relève de la compétence de l’Etat.

Les usagers du Bac international et la Sous-préfecture avaient été conviés pour débattre de ce point, présenté par le responsable du port, Lucien Durand.

Le Commandant de port du GPM-Guyane, Jacques Mosca et son adjoint, Denis Lavisse ont apporté leur expertise concernant les différentes étapes de la mise en place du CLSP  dont l’initiative revient à la Préfecture : désignation et installation des membres de cette instance, définition du périmètre de sûreté portuaire,  réalisation d’évaluations de sûreté des installations portuaires, rédaction de plans de sûreté.

Les membres de la commission portuaire ont marqué leur volonté de faire aboutir ce dossier.

Enfin, le dossier de création de la circonscription administrative2 du GPM-Guyane, présenté par Rémy-Louis Budoc, a fortement intéressé les participants et, au premier chef, Léon Bertrand. L’enjeu majeur est de prédestiner certaines zones du territoire de la Guyane à  des vocations portuaires, sans incidence sur le titre de propriété : le but est de réaliser des aménagements tels que le projet de construction d’un terminal énergétique industriel2 dans l’Ouest, sujet d’actualité.

Tous ces projets sont de bon augure pour la suite de notre partenariat.  

1source : site du ministère de l’environnement, de l’énergie et de la mer

2La rédaction reviendra plus largement sur ces deux projets.

Laisser un commentaire